Accueil > Publications > Analyses et études 2022

Actu du

Analyses et études 2022

En Fédération Wallonie-Bruxelles, les problématiques de l’analphabétisme et de l’alphabétisation des adultes font très peu partie des champs de recherche du secteur formel. Ces problématiques ont dès lors été mises en avant et sont étudiées et analysées principalement par le secteur associatif, dont Lire et Écrire.

Les analyses, études et outils réalisées par Lire et Écrire ont toutes comme point de départ les problématiques de l’analphabétisme et de l’alphabétisation des adultes et ont toutes comme enjeux de soutenir la réalisation des objectifs de l’association :

  • Attirer l’attention de l’opinion publique et des pouvoirs publics sur la persistance de l’analphabétisme et sur l’urgence d’en combattre les causes et d’y apporter des solutions ;
  • promouvoir le droit effectif à une alphabétisation de qualité pour tout adulte qui le souhaite ;
  • développer l’alphabétisation dans une perspective d’émancipation, de participation des personnes et de changement social vers plus d’égalité.

Si toutes nos analyses, études et outils se situent dans le champ de l’alphabétisation, ce champ est large et de nombreuses thématiques sont abordées. Ces dernières portent sur :

  • Compréhension et prévention de l’analphabétisme. Cette rubrique a pour objet d’appréhender la réalité de l’analphabétisme : causes, conséquences, réalités des personnes concernées, trajectoires scolaires et sociales… L’enjeu est d’améliorer la connaissance de cette problématique afin d’en améliorer les politiques de prévention et d’améliorer la qualité de la prise en compte des analphabètes.
  • Politiques et alphabétisation. Cette rubrique permet de connaitre, de comprendre, d’analyser et d’évaluer les contextes et l’évolution des politiques en général et leur influence sur les dispositifs et politiques d’alphabétisation, ainsi que sur les personnes illettrées.
  • Politiques d’alphabétisation, dispositifs et modèles d’actions. Cette rubrique porte sur la manière de développer la prise en compte des analphabètes dans la société ainsi que sur les politiques et structures les mieux à même d’accueillir les personnes analphabètes. L’enjeu en est de construire de véritables politiques en matière d’alphabétisation et de prise en compte des personnes analphabètes et d’en mesurer les effets.
  • Pédagogies, réflexions et pratiques pour ou en l’alphabétisation. Il s’agit de toutes les analyses, études et outils portant sur les aspects plus réflexifs et pédagogique. Leur enjeu est de soutenir le travail de terrain par le partage de pratiques et de développer l’analyse réflexive sur les pratiques d’une part ; d’outiller le terrain par la production d’« outils » pédagogiques correspondant aux enjeux de l’alpha populaire d’autre part. Ceci afin de développer la qualité de l’alphabétisation et son ancrage dans l’éducation populaire.

Études

Les personnes analphabètes à l’épreuve de la dématérialisation des services d’intérêt général. La situation à Actiris, l’Office régional de l’emploi
Iria Galván Castaño – Lire et Écrire Bruxelles

Alors que l’ère du numérique exige des citoyens et citoyennes des niveaux d’alphabétisation toujours plus élevés, un adulte bruxellois sur dix a des difficultés de lecture et d’écriture. C’est à partir de ce paradoxe et de ses analyses précédentes que Lire et Écrire Bruxelles s’est demandé dans quelle mesure et comment la numérisation des services d’intérêt général et la réduction (voire la disparition) des canaux de communication traditionnels (tels que le papier, le téléphone et les guichets) entre ces services et leurs publics influençait l’accès aux droits et aux services des personnes analphabètes.

Ainsi, dans la nouvelle étude rédigée par notre chercheuse Iria Galván Castaño, nous présentons d’abord, un panorama général des difficultés d’accès aux services que rencontrent les personnes analphabètes : les inégalités d’accès aux TIC et les inégalités d’usage des technologies numériques bien évidemment, mais aussi la perte des repères matériels et, surtout, des repères humains.

Ensuite, nous nous penchons sur les conséquences de ces difficultés. Parmi elles, le non-recours à des services et à des droits fondamentaux est la plus grave et la plus urgente à résoudre. Mais d’autres conséquences aussi dramatiques apparaissent, comme la perte d’autonomie et la violence symbolique.

Enfin, nous focalisons notre enquête sur un service public : Actiris. L’office régional bruxellois de l’emploi est en plein processus de dématérialisation de ses services : application MyActiris, antennes accessibles uniquement sur rendez-vous, self zones… Que peut faire avec ces canaux de communication un chercheur ou une chercheuse d’emploi en difficulté avec l’écrit ?

Des adultes en alphabétisation au rendez-vous avec le numérique. À la croisée des apprentissages utilitaires et des bénéfices sociaux
Sébastien Van Neck, Lire et Écrire Wallonie

Objet de recherche ayant encore peu été exploré, cette étude se donne pour objectif d’enquêter en général à propos de la relation entre apprenants en alphabétisation et usages numériques et en particulier sur les conditions les amenant à être favorables à l’utilisation du numérique en formation.

L’enquête se révèle ainsi féconde pour défricher les manières à travers lesquelles les apprenants s’approprient les nouvelles technologies mais aussi leur rapport aux modalités de formation incluant du numérique ou encore les rapports sociaux mettant en tension les affinités avec les outils numériques. Elle laisse entrevoir, de cette façon, que l’accès à un équipement peut être conditionné par de multiples facteurs, qu’il ne suffit cependant pas d’avoir accès à cet équipement que pour se sentir familier avec son utilisation et, in fine, que la formation dans le cadre d’alphabétisation peut à ce sujet constituer une fenêtre d’émancipation dans le rapport au numérique.

L’apprentissage tout au long de la vie, émergence d’un « mantra politique ». Une analyse de la politique européenne d’éducation des adultes peu diplômés
Louise Culot, Lire et Écrire Communauté française

Depuis l’an 2000 et l’adoption de la stratégie de Lisbonne, la hausse des niveaux d’éducation s’est hissée au rang des priorités politiques de l’Union européenne. Cette orientation donne lieu à une politique publique d’apprentissage tout au long de la vie, ou politique du lifelong learning, envisagée comme la panacée contre le chômage et la croissance molle, et dont la mission principale est d’améliorer l’employabilité des adultes infrascolarisés.

En plaçant la vie professionnelle de l’individu au cœur du phénomène d’apprentissage, le projet du lifelong learning prive le processus d’éducation, et singulièrement le processus d’alphabétisation, de ses multiples enjeux sociaux, politiques, cognitifs, culturels et de la diversité des interprétations et des rôles qui lui sont attribués. Comme si le fait d’apprendre, et singulièrement d’apprendre à lire et à écrire, pouvait être contenu dans le seul objectif de devenir un individu plus attractif sur le marché de l’emploi.

Analyses

Compréhension et prévention de l’analphabétisme

Habiter pour mieux s’ancrer
Justine Duchesne, Lire et Écrire Wallonie

Trop cher. Trop petit. Inadapté. Trop loin… Nous avons tous droit à un toit. Mais dans les faits, certains vivent dans des conditions plus précaires que d’autres. D’aucuns se font directement évincer lorsqu’ils appellent un propriétaire et que celui-ci apprend que le loyer sera l’affaire du CPAS. D’autres encore se voient raccrocher au nez lorsque l’accent entendu au téléphone dévoile des origines étrangères. En alphabétisation, la thématique du logement est certes corolaire à la formation mais apparait pourtant de façon accrue dans les problématiques vécues par les publics, interférant avec l’apprentissage en cours. Comment déchiffrer un contrat de bail quand on ne sait ni lire, ni écrire ? Comment apprendre l’esprit tranquille lorsqu’on vit dans 50 mètres carré avec cinq enfants et des problèmes d’humidité à gérer ?

Quand rechercher un emploi devient un parcours d’obstacles
Service Alpha Emploi de Lire et Écrire Bruxelles

Les personnes qui arrivent au Service Alpha Emploi de Lire et Écrire Bruxelles viennent avec beaucoup d’espoir de trouver un travail, mais beaucoup d’entre elles n’ont que très peu de connaissances du marché de l’emploi à Bruxelles, de ses difficultés et des pistes à traquer parmi les plans d’aide à l’embauche existants. Notre rôle est de les informer et les guider dans leur recherche en les aidant notamment à s’outiller et prendre confiance en elles pour défendre leur candidature auprès d’un employeur potentiel. C’est un travail qui se tisse avec le temps, au fil d’entrevues individuelles et d’animations groupales.

Le numérique dans mon salon. Comment les apprenantes ont-elles vécu le confinement ?
Justine Duchesne – Lire et Écrire Wallonie

La crise liée au covid-19 est d’une ampleur sans précédent. Adaptabilité dans l’urgence, découvertes des nouvelles technologies, invitation des formations dans les salons, tout est bousculé. Les apprenantes ont-elles vécu la combinaison d’une vie de famille et d’une alphabétisation qui se décline principalement à distance ? Comment continuer à suivre sa formation alors que les enfants sont à la maison ? Comment gérer le regard de ses proches face à son niveau d’apprentissage ?

Politiques et alphabétisation

La fracture numérique, un système de déclassement qui vous veut du bien. Quelques considérations critiques sur une notion au centre des préoccupations
Sébastien Van Neck, Lire et Écrire Wallonie

La fracture numérique n’existe pas. Cette affirmation provocatrice et ayant pour but d’attirer l’attention peut toutefois caractériser le fond de cet article. Après un bref retour historique sur la notion de « fracture numérique », nous verrons que celle-ci est susceptible de produire des effets par une dénomination qui tient du monde médical. Mobilisée par de multiples intervenants dans l’espace public, elle peut circuler à travers des « idées reçues » et n’est pas mise en question au regard des premiers concernés, dans notre cas les personnes en difficulté de lecture et d’écriture. En nous basant sur trois focus groupsmenés avec des apprenants de Lire et Écrire, nous verrons aussi que la « fracture » correspond à une norme qui disqualifie un ensemble d’usages et de représentations du numérique. Visant à une meilleure considération de nos publics, d’autres expressions sont, enfin, proposées en fin d’article.

Le congé-éducation payé : un droit à la formation continue pour tous·tes
Justine Duchesne, Lire et Écrire Wallonie

On sait que de nombreuses personnes sont analphabètes et travaillent. Dans cette optique, le congé éducation payé représente une des multiples routes possibles, afin de permettre à de futurs apprenants d’appréhender le monde qui les entoure sous un nouveau jour. Mais qu’est-ce exactement le CEP ? Quels sont les avantages ? Quels sont les freins à l’octroi et au bénéfice de ce CEP (autant pour les employeurs que pour les travailleurs) ? Comment améliorer l’accès à ce dispositif ? Pour répondre à notre questionnement de départ, nous sommes allés à la rencontre de plusieurs personnes phares afin de nous éclairer sur les avantages du CEP mais également sur les freins concernant l’accès à ce « congé ». À ce titre, nous avons rencontré une directrice de Lire et Écrire, trois agentes de guidance, une formatrice en alphabétisation, une employeuse ayant recours au dispositif du CEP pour former ses travailleuses ainsi que cinq apprenants en alphabétisation bénéficiant du CEP.

Accessibilité numérique des personnes illettrées : la loi ne garantit pas l’égalité
Louise Culot, Lire et Écrire Communauté française

L’accessibilité numérique telle qu’elle est conçue dans la loi et mise en œuvre dans les politiques d’inclusion ne garantit pas l’égalité d’accès de tous les citoyens aux services dématérialisés. La suppression progressive de l’humain inflige une double peine aux personnes pas ou peu lettrées dans une société culturellement dominée par l’écrit. Le rôle des associations comme Lire et Écrire est de poursuivre leurs missions initiales, de construire des savoirs critiques avec les apprenants et de défendre, bec et ongles, la continuité de l’accès aux services publics et les droits des personnes illettrées.

Dématérialisation des services bancaires. Vers une exclusion financière des personnes en difficulté avec l’écrit
Iria Galván Castaño, Lire et Écrire Bruxelles, paru dans La Revue nouvelle, mars 2022

Avec la dématérialisation des banques, les personnes en difficulté avec l’écrit ont de plus en plus de difficultés à gérer leur compte de façon autonome et à bénéficier des services bancaires. Sans guichet auquel s’adresser, sans extraits de compte en papier, ni bornes automatiques où réaliser les opérations, des milliers de nos concitoyens et concitoyennes sont aujourd’hui en exclusion financière.

Dédale dans le revers du « tout numérique »
Justine Duchesne, Lire et Écrire Wallonie

L’imposition non questionnée du numérique interpelle, ne fût-ce que par son caractère totalisant. Si les publics de Lire et Écrire se sont retrouvés dans des situations administratives inextricables et relevant parfois de l’absurde face à la fermeture de services dits essentiels, les professionnels qui les accompagnent ont également été amenés à revoir les limites de leur rôle, dans un contexte détricotant petit à petit les ficelles de leur métier.

Les formateurs en alphabétisation à l’épreuve de la feuille de présences
Daniel Flinker, Lire et Écrire Bruxelles

Cet article met en lumière les différents points de vue exprimés par des formateurs en alphabétisation à propos de l’usage d’une feuille de présences dans le cadre des formations qu’ils dispensent.

Création d’emploi, partage du temps de travail, réindustrialisation… une nécessité pour Bruxelles
Hughes Esteveny, Lire et Écrire Bruxelles

Les dispositifs dédiés à l’accompagnement des demandeurs d’emploi visent essentiellement à maintenir, restaurer, développer l’employabilité de ces derniers et les rapprocher du marché de l’emploi. Le secteur de l’insertion socio­professionnelle ne s’inscrit pas dans une mobilisation générale de lutte contre le chômage et pour des emplois de qualité. Une création massive d’emplois à Bruxelles doit s’accompagner d’une réduction collective du temps de travail et d’une réindustrialisation.

Comment garantir la dignité à toutes et tous dans un contexte de chômage de masse ? Quelques propositions à partir de trajectoires de personnes précaires en alphabétisation
Josua Gräbener, Observatoire de l’analphabétisme en Wallonie, et Élisabeth Tichon, Santa Cruz en Bolivie, anciens salariés de la Chôm’Hier AID et du CEFIG

Cet article propose une lecture des difficultés sociales rencontrées par des apprenants en formation d’alphabétisation au travers du modèle du « donut » de Kate Raworth. Ce dernier revisite l’organisation actuelle du travail et de l’économie et invite à élaborer des propositions sociales permettant de construire un monde plus juste et plus durable…

Qui prend soin de qui ? Une introduction à l’éthique du care selon Joan Tronto
Louise Culot, Lire et Écrire Communauté française

Trois ans après le début de la pandémie de covid-19, la notion d’éthique du care est plus que jamais utile pour dénoncer (et remédier à) l’indifférence dans laquelle certains métiers, le plus souvent occupés par des femmes non diplômées, sont exercés. Ces métiers sont pourtant indispensables dans le maintien de notre monde.

Politiques d’alphabétisation, dispositifs et modèles d’actions

La parole des apprenants est-elle vraiment entendue par les politiques ?
Sylvie-Anne Goffinet, Lire et Écrire Communauté française

En 2009, à Belém (Brésil), avait lieu la 6e Conférence internationale de l’Unesco sur l’éducation des adultes. Et pour la première fois, des apprenants, belges et français, y participaient et y ont pris la parole. Une prise de parole préparée à travers tout un processus de réflexion et de construction collective. C’était il y a 12 ans et un Journal de l’alpha y a été consacré quelques mois plus tard. Pourquoi alors en reparler aujourd’hui ? Parce qu’une nouvelle conférence, Confintea VII, est prévue pour juin 2022 au Maroc. Nous sommes aujourd’hui quasi à la veille de cette nouvelle conférence. Que peut-on déjà en dire ? Tentative d’analyse avec l’apport de la sociologie de Pierre Bourdieu.

Quand des institutions de santé et un opérateur d’alpha décident de travailler ensemble… à une meilleure prise en compte des personnes illettrées
Cécilia Locmant, Lire et Écrire Communauté française

Depuis plusieurs années, l’équipe de Lire et Écrire Wallonie picarde (LEE Wapi) mène des actions de sensibilisation en partenariat avec la mutualité Solidaris et les centres hospitaliers CHWapi et CHM Mouscron. Pour mieux comprendre la genèse de ce travail, nous avons rencontré quatre membres de son équipe, qui construisent et réalisent ces projets. De plus en plus sollicités, ils nous expliquent aussi comment ils ont appris à faire le tri entre « les bons et les mauvais plans ».

Campagne 2021 de Lire et Écrire. Et si nous revenions sur ce qui a été coupé au montage ?
Cécilia Locmant, Lire et Écrire Communauté française

La campagne de sensibilisation 2021 de Lire et Écrire, pensée en pleine crise covid, avait comme point de départ deux questions posées aux apprenants : Que n’avez-vous pas pu faire ces derniers mois dans une société qui s’est rapidement numérisée ? et Que rêveriez-vous de pouvoir faire demain pour y vivre pleinement ? Que nous apprennent les témoignages recueillis dont une partie seulement a été exploitée dans le cadre de notre campagne ? Pas mal de choses relatives aux savoirs et aux pratiques des apprenants. Et aussi les questions essentielles qui les traversent et qui nous concernent tous quant à l’avenir de notre humanité dans cet univers ultranumérisé.

Littératie en santé : l’approche de l’agence irlandaise d’alphabétisation (NALA)
Louise Culot – Lire et Écrire Communauté française

Pour que la santé devienne une ressource pour tous, dans une perspective globale de promotion de la santé, il est nécessaire de sortir de la conception du « bon » patient comme étant la personne adhérant docilement aux traitements préconisés par le médecin « qui sait ». Cette transformation implique d’une part la formation de tous les usagers de la santé et l’articulation de la littératie en santé avec les autres apprentissages de base, et d’autre part la formation et la sensibilisation des professionnels de la santé. Il y a entre autres un enjeu culturel, au niveau de la langue utilisée par les professionnels de la santé et de leur posture lorsqu’ils échangent avec les usagers, spécifiquement les moins susceptibles de les comprendre. Cet enjeu est au centre des préoccupations de l’Agence nationale d’alphabétisation irlandaise, NALA, dont la santé est l’une des priorités depuis le début des années 2000.

Analyser, critiquer, agir, changer… Ou comment lutter contre l’analphabétisme ?
Daniel Flinker, Lire et Écrire Bruxelles

Analyser le monde à travers les yeux des personnes analphabètes nous conduit à être critiques. De leur situation sociale problématique découle la nécessité d’un changement profond. Mais transformer le contexte au sein duquel évoluent les hommes et les femmes en difficulté avec l’écrit constitue un objectif aussi difficile que nécessaire à atteindre. L’article de Daniel Flinker, coordinateur du service recherche de Lire et Écrire Bruxelles, propose donc quelques pistes afin d’accroitre les capacités d’action du monde de l’alphabétisation pour relever ce défi.

Pédagogies, réflexions et pratiques pour ou en l’alphabétisation

Pédagogies différentes et publics en difficulté. Pourquoi ça marcherait ?
Yves Reuter, Université de Lille

Cet article précise les raisons pour lesquelles, à mon sens, les pédagogies dites différentes « marcheraient » auprès de publics en difficulté. Je m’appuierai pour cela sur des recherches que je mène depuis plusieurs décennies et que j’ai synthétisées dans mon dernier ouvrage : Comprendre les pratiques et pédagogies différentes. Il me semble que, même si les recherches dont j’expose les résultats se situent au sein de l’institution scolaire, les principes à l’œuvre ne sont pas sans intérêt pour des formations d’adultes où ils sont d’ailleurs attestés.

Non ! Pour enseigner l’écrit, toutes les méthodes ne se valent pas !
Éveline Charmeux, INRP

L’enseignement de l’écrit est, depuis toujours, en France, l’objet d’un conflit récurrent à propos des méthodes employées, qu’une croyance coriace s’obstine à réduire à deux : celle qu’on appelle « syllabique » et celle qu’on appelle « globale ». Le propos de l’article est de détruire cette idée reçue, en démontrant que la problématique de cet enseignement est plus complexe et que la véritable opposition est celle de deux familles de démarches :

  • une famille de démarches fermées, avec manuels de lecture et méthodes imposées, centrées sur les savoirs à acquérir ;
  • une famille de démarches ouvertes, centrées sur l’enfant.

L’article s’efforcera d’une part de démontrer que les premières reposent sur des mensonges et des ignorances, et d’autre part de préciser les choix des secondes pour en dégager les principes et tenter de convaincre de leur supériorité.

Mettre en œuvre l’égalité des intelligences, des savoirs et des positions : un apprentissage !
Interview de Julia Petri, ITECO, par Sylvie-Anne Goffinet, Lire et Écrire Communauté française

Julia Petri a travaillé au Centre culturel d’Evere comme coordinatrice alpha. Aujourd’hui, elle poursuit son investissement à ITECO, un centre de formation pour le développement et la solidarité internationale, où elle est formatrice. Pour elle, les apprenant·e·s sont nos partenaires dans le travail que nous menons avec eux. Il faut cesser de les voir comme des fragilisé·e·s, des précarisé·e·s mais identifier leurs forces et les prendre au sérieux pour vivre ensemble des démarches participatives dans une relation égalitaire. Toutes les situations pédagogiques mais aussi les situations de vie d’un centre de formation sont des occasions à saisir pour changer notre regard sur ces femmes et ces hommes mais aussi sur la société. Elles nous mettent en réflexion et en praxis permanente. Julia nous partage ici quelques-unes de ses pratiques, incarnations de convictions inaliénables.

L’acculturation réciproque
Anna Cattan, formatrice en alphabétisation

Les apprenants m’ont appris des tas de choses sur les langues, sur les particularismes présents au sein de la francophonie et sur la façon d’apprendre le français. Ce sont eux aussi qui m’ont appris le métalangage pour enseigner la structuration de la langue et la distinction entre ce qui doit être travaillé, corrigé, et ce qui ne le nécessite pas. Enfin, et surtout, ils m’ont appris à m’acculturer à ma propre culture et à l’enrichir de tout ce que m’apportent les personnes de tous horizons que je rencontre, en particulier celles et ceux que j’ai côtoyés lorsque je travaillais à Langues Plurielles.

Situer la littératie en santé. Non-hiérarchie des savoirs et esprit critique
Gilles Henrard, département de Médecine générale de l’Université de Liège Frédéric Ketterer, INSERM, Unité ECEVE

La notion de « littératie en santé » a débarqué chez nous d’outre-Atlantique il y a une dizaine d’années. Sans vraiment parvenir à s’implanter sur le terrain, elle capte significativement les faveurs du monde académique, des bailleurs de fonds et, dans une certaine mesure, des médias. Que penser de l’irruption et de la persistance pour ainsi dire « hors sol » de ce néologisme ?

« Apprendre des apprenants dans un colloque » : cap ou pas cap ?
Aurélie Audemar, Lire et Écrire Communauté française

Prendre la parole en public dans des espaces tels que des colloques, pour faire part à d’autres de ses savoirs sur un sujet donné, requiert certains codes que les conférenciers expérimentés maitrisent tout à fait. Quand des personnes de statuts et de milieux culturels différents s’y retrouvent ensemble, que se passe-t-il ? On fait comme d’habitude ? Cet article est une invitation à s’interroger sur la place des « apprenants » en alpha dans ce type de dispositif.

Votez pour les futurs thèmes du Journal de l’alpha

Merci d’avance pour votre participation au sondage.
(Environ 10 minutes.)