Maintenance planifiée

Le vendredi 9 décembre, entre 9h30 à 12h, notre site web sera inaccessible. Veuillez nous excuser pour le désagrément.

Accueil > Le Mouvement > Actualités > Baromètre 2022 de la Fondation roi Baudouin : l’inclusion numérique ne (...)

Actu du

Baromètre 2022 de la Fondation roi Baudouin : l’inclusion numérique ne concerne pas vraiment les publics les plus fragilisés

Lors de la publication du nouveau Baromètre de l’inclusion numérique, le 2 septembre 2022, l’information qui a fait la une des médias a été l’augmentation du taux de personnes qui se trouvent aujourd’hui en vulnérabilité numérique. Ce taux est passé de 39 % en 2020 à 46 % en 2021 soit près d’une personne sur deux. comme l’explique la Fondation roi Baudouin, parmi ces 46 % éloignées du numérique, 7 % n’utilisent pas Internet et 39 % ont de faibles compétences numériques.

La Fondation roi Baudouin invite alors à une attention accrue vis-à-vis de ces publics : La position des personnes les plus vulnérables dans une société de plus en plus numérisée est préoccupante et appelle des solutions alternatives.

Ces constats, que nous relayons également de façon qualitative dans notre campagne concernent directement les personnes en formation à Lire et Écrire qui appartiennent à ces groupes peu diplômés et socialement défavorisés.

D’autres points d’analyse abordés dans le baromètre pourraient également être transférés à nos publics et sont liés notamment à la difficulté d’accès aux droits sociaux.

En voici trois qui ont retenu notre attention :

Quant à l’utilisation de l’administration en ligne, moins d’un internaute sur 2 détenant de faibles compétences (46 %) l’utilise contre 95 % de leurs homologues aux compétences avancées.

Pour plus de 8 travailleurs sociaux interrogés sur 10, le passage des services publics au format numérique rend ces derniers difficilement accessibles voire inaccessibles pour leurs publics, généralement précarisés sur le plan socioéconomique ou culturel.

Les difficultés les plus fréquentes dans l’accès aux droits sociaux par la voie numérique procèdent aussi, selon plus de 9 travailleurs sociaux interrogés sur 10, d’une difficulté de compréhension des procédures administratives. Les autres raisons évoquées les plus fréquentes sont les difficultés à trouver les informations nécessaires sur internet, le manque de maîtrise du français ou du néerlandais ainsi que les difficultés de lecture et d’écriture. Ces résultats soulignent en creux que les politiques et les initiatives en faveur de la « montée en compétences numériques » des citoyens sont certes nécessaires, mais à elles seules insuffisantes si l’objectif est de maintenir l’accès aux services essentiels numériques à tous de manière équitable.

Baromètre de l’inclusion numérique, Laura Faure, Périne Brotcorne, Patricia Vendramin, Ilse Mariën, Fondation roi Baudouin, 2022.

Voir aussi :