Accueil > Luxembourg > L’association de A à Z > Notre contexte socio-économique > La province de Luxembourg et ses multiples facettes

La province de Luxembourg et ses multiples facettes

Une densité de population faible et son corollaire, un besoin de transports en commun
La province de Luxembourg compte 5 arrondissements (Arlon, Virton, Neufchâteau, Marche et Bastogne), rassemblant 44 communes. Celles-ci hébergeaient, au 1er janvier 2019, 284 638 habitants. Le territoire, s’épanouissant sur 4459km² (soit plus d’un quart de la Région wallonne), est donc très étendu et la densité de population faible (environ 64 habitants/km²). En province de Luxembourg, 41 communes sont rurales. Seules Arlon, Messancy et Aubange ne le sont pas. Les problèmes de mobilité sont particulièrement aigus pour les personnes n’ayant pas de véhicule particulier ; en effet, celles-ci dépendent d’un réseau de transports publics que rythment les temps scolaires.

La proximité du Grand-Duché de Luxembourg
Un quart de la population active, établie en province du Luxembourg, travaille au Grand-Duché de Luxembourg. Cette réalité influence le revenu moyen par habitant, supérieur à la moyenne wallonne, tout en provoquant d’importantes disparités : 19 communes voient les revenus moyens par habitant se situer au-dessus de la moyenne wallonne. Dans les autres entités, ils sont en-deçà.
Le Grand-Duché du Luxembourg a également une incidence sur les mouvements de populations : nombre de ses travailleurs, issus d’autres provinces belges, s’installent dans le Luxembourg belge. Conséquence ? Sous le couvert d’une photographie attrayante (taux d’emploi de 63,7%, plus important que la moyenne wallonne (58,4%) ), la province héberge des citoyennes et citoyens connaissant des difficultés de logement, de mobilité, d’accès aux services, aux formations et à l’emploi. Avec de sérieuses conséquences sur la santé.

Les structures d’accueil des personnes en demande d’asile
24 initiatives locales d’accueil (ILA) s’épanouissent sur le territoire et permettent l’hébergement potentiel de 268 demandeurs d’asile. Le Luxembourg belge compte également plusieurs centres - Arlon, Bovigny, Érezée, Hotton, Manhay, Rendeux, Sainte-Ode et Senonchamps - affichant une capacité globale d’accueil de plus de 2000 places.

Plus de 40% des demandeurs d’emploi avec au maximum le 2è degré du secondaire
Même si le taux de demande d’emploi en province de Luxembourg (8%) est le plus faible de Wallonie, d’une commune à l’autre, d’un arrondissement à l’autre, d’importantes disparités subsistent. Ainsi, les taux de demande d’emploi s’échelonnent de 4% à Léglise à 10,3% à Bouillon.
Les emplois temporaires (à durée déterminée, intérimaires, saisonniers), résultant très rarement d’un choix, restent en progression.
19,5% des demandeurs d’emploi, en province de Luxembourg, ont moins de 25 ans.
Certes, les demandeurs d’emploi dans la province de Luxembourg ont un parcours scolaire plus important qu’ailleurs. Toutefois, plus de 40% d’entre eux ont, au maximum, le 2e degré du secondaire. Or la corrélation entre faible niveau de qualification et durée de la période de chômage se vérifie toujours.

Les grands secteurs d’activités
Le taux d’emploi luxembourgeois se matérialise dans l’administration publique, l’enseignement, la construction, l’Horeca, les industries agroalimentaires, les industries du bois et l’agriculture. L’action sociale, la santé, le transport, la logistique et le commerce sont d’autres secteurs pourvoyeurs d’emploi.

Sources  : les données explicitées sont issues d’informations et de croisements réalisés à partir des statistiques de l’OCDE, du Forem, du Conseil supérieur de l’emploi et du SPF Économie Direction Générale Statistique et Information Économique. Celles-ci concernent 2019.